Grenoble, Hôtel de ville

Hôtel de ville de Grenoble

Hôtel de ville de Grenoble

Pour lire cette page en musique, lancer la vidéo affichée à la fin de l’ article.

La construction de l’Hôtel de Ville de Grenoble s’inscrit dans le programme d’équipement qui a accompagné les Jeux Olympiques d’hiver de 1968.

Grenoble, hôtel de ville

Inauguré en décembre 1967, juste avant les Jeux, il est formé de deux parties distinctes, imbriquées l’ une dans l’ autre :

  • un bâtiment de trois étages, la “galette”, est fondu sur 900 pieux descendus à des profondeurs variant entre 15 et 18 mètres,
  • une tour de 12 étages repose sur un pont de béton, formé par une poutre épaisse de 23 mètres de portée, qui s’appuie à chacune de ses extrémités sur deux piliers profondément ancrés dans le sol.

Alors que la tour est réservée aux services administratifs, on trouve dans la “galette” les bureaux du Maire, des élus et des hauts responsables, les salles de réception, et des guichets publics.

Voyons tout cela d’un peu plus près et commençons par la visite de la partie basse. Celle-ci comprend trois niveaux dont le second est l’entrée principale, accessible par un escalier monumental donnant sur le boulevard Jean Pain.

Cet escalier amène le visiteur dans une cour intérieure ou patio. Une fleur minérale en bronze, signée par le sculpteur roumain HADJU, s’épanouit en son centre dans une fontaine de granit.

Grenoble, Hôtel de ville, cour centrale

Elle est entourée par une mosaïque constituée de milliers de petits morceaux de marbre, formant un éventail de vingt-quatre motifs carrés, réalisée et montée sur place par GIANFERRARI. A l’origine, c’est-à-dire il y a presque 50 ans, cette mosaïque était certainement une pure splendeur.

Grenoble, Hôtel de ville, mosaïque de la cour centrale

Actuellement, elle semble quelque peu défraîchie . D’après un article trouvé sur Internet, dans le journal “Gre mag”, il semblerait pourtant qu’ une rénovation “aux petits oignons” ait été effectuée en 2014, mais à voir l’état actuel, on se demande comment cela est possible. Probable aussi, que le nettoyage ne puisse pas être régulièrement assuré … Quel dommage !

Grenoble, Hôtel de ville, mosaïque de la cour centrale

En attendant les petites herbes poussent … (avril 2016)

Grenoble, Hotel de ville, mosaïque du patio et herbes folles

A gauche de cette cour, un système de doubles portes coulissantes donne accès au hall d’honneur. Le décor, dépouillé au maximum, met en évidence les matériaux employés : marbre blanc de Carrare pour le sol, marbre noir d’ Espagne pour l’escalier d’honneur, noyer massif sur les murs et les plafonds. Le béton a été laissé volontairement dans toute sa nudité.

Grenoble, Hôtel de ville, hall d'honneur

Quel dommage d’ avoir associé du béton brut avec la noblesse des matériaux cités précédemment ! Je suis comme beaucoup de Grenoblois et je n’ adhère pas du tout à cette juxtaposition qui donne une impression de travail non fini, bien que les ouvriers de l’ époque se soient ingéniés à mettre des “motifs” dans le béton brut. Je verrais bien ces parois crépies dans un camaïeu de teintes “caillou clair”, qui réchaufferait cette ambiance un peu austère ! Mais bon, il y a sans doute d’ autres priorités …

Deux lustres formés de 350 cylindres de cristal antique de Murano, travaillés à la main, évoquent les stalactites de glace fréquents dans nos régions en hiver (avant le réchauffement climatique !)

Grenoble, Hôtel de ville, hall d'honneur

Cela est certainement compliqué de les nettoyer, voire impossible ! En  fait, ils sont -hélas- gris de poussière !

A partir du hall d’honneur, on peut accéder :

  • au bureau du Maire

Situé à l’ arrière du bâtiment, il bénéficie d’une magnifique vue sur le parc Paul Mistral. En voici le coin-salon !

Grenoble, Hôtel de ville, coin-salon du bureau du Maire

  • à la salle des mariages

Dans un dégradé de lumières et de transparences, le calme et l’harmonie se dégagent de cette salle. Dans un éclat de couleurs, une tapisserie de MANESSIER vient souligner le symbolisme du mariage.

Grenoble, Hôtel de ville, salle des mariages

Deux panneaux en étain, travaillés au chalumeau de SABATIER, habillent les côtés de cette salle.

Grenoble, Hôtel de ville, salle des mariagesGrenoble, Hôtel de ville, salle des mariages

  • au salon de réception

Dans le salon de réception, largement ouvert par d’immenses baies vitrées sur le parc Paul Mistral, s’étend une tapisserie d’UBAC, tissée aux ateliers des GOBELINS et offerte gracieusement à la ville par le Ministère des Affaires Culturelles. (Malheureusement cette tapisserie semble avoir mal résisté à l’ épreuve du temps !)

Grenoble, Hôtel de ville, salon de réception

Un mur en laiton signé SABATIER s’oppose à la tapisserie. Série de formes verticales et horizontales, il contrarie volontairement les larges ondulations de la composition d’UBAC.

Grenoble, Hôtel de ville, salon de réception

  •  la salle du conseil municipal

Grenoble, Hôtel de ville, salle du conseil municipal

 A droite du patio, se situe le hall public. C’est le point d’intersection entre les deux volumes de l’Hôtel de ville : la tour et la “galette”. On y trouve tous les guichets publics. (Je n’ ai pas photographié les baies vitrées, situées en hauteur et amplement festonnées de guirlandes de toiles d’ araignées … )

Grenoble, Hôtel de ville, hall public

La cerise sur le gâteau de cette découverte de l’Hôtel de ville est l’accès au dernier  étage de la tour, d’où on jouit d’une vue époustouflante sur la ville de Grenoble. Malheureusement le jour de la visite, organisée par l’Office de Tourisme de Grenoble, la météo n’ était pas favorable et permettait certes de voir la ville, mais pas le cadre somptueux qui entoure celle-ci.

Au passage, je remercie le guide qui a conduit cette visite et qui a su vivement intéresser son auditoire.

Pour terminer, voici quelques photos prises tout en haut de la tour.

Grenoble, tours de l'Île Verte et Rectorat tours de l’Île Verte et Rectorat à l’avant

Grenoble, Palais des Sports Palais des Sports

Grenoble, église St JosephBasilique St Joseph

Grenoble, stade des AlpesStade des Alpes et autoroute d’entrée et de sortie de ville

Grenoble, Jardin des Plantes et Muséum d'histoire naturelle Jardin des Plantes avec son magnifique magnolia en fleurs, les serres et  Muséum d’histoire naturelle

Grenoble, parc Paul Mistral et Grande Posteparc Paul Mistral et Grande Poste à droite

Grenoble, partie Nord et BastillePartie Nord de la ville avec la Bastille au fond

Fond musical pour accompagner cette page :

Avatar Soundtrack