Bonifacio

Bonifacio

Bonifacio

Juchée sur des falaises de calcaire blanc hautes de 60 m, Bonifacio ressemble à un vaisseau tourné vers le large.

Pour lire cet article en musique, et écouter la chanson interprétée par I MUVRINI et les 2 000 choristes, cliquer sur la flèche de la vidéo située en bas de la page ou regarder la vidéo d’ abord. Au choix !

 

Bonifacio, vue sur le port et la Citadelle

“Nous entrons dans ce port bien connu des marins, une double falaise à pic et sans coupure se dresse tout autour et deux caps allongés en étranglent la bouche.” C’est ainsi qu’Homère décrit dans l’Odyssée la découverte de la ville par Ulysse.

Bonifacio

Posé sur un large plateau dominant la mer, Bonifacio est le site idéal pour construire une citadelle. Ainsi, la république de Pise est la maîtresse, à partir de 830 et pendant deux siècles, d’une place forte érigée sur le point le plus haut de la presqu’île.

Les Génois s’ en emparent en 1195. Ils renforcent les défenses de la ville en construisant le Castelletto, puis un rempart crénelé de 8 m de haut.

Bonifacio, rempart crénelé

D’ailleurs, la ville résistera au roi d’Aragon, qui en fait le siège en 1420 pendant cinq mois. De cette époque daterait le fameux escalier du roi d’Aragon de 187 marches creusées dans la falaise,  qui dévalent jusqu’ à la plage de Sutt’a Rocca.

Bonifacio restera sous domination génoise pendant plus de cinq siècles, de 1195 à 1768 (voir la vidéo sur la page d’accueil de la Corse).

La ville se divise en deux parties bien distinctes :

la marine, dans la ville basse, que l’on découvre, au fond d’un fjord de presque deux kilomètres de long. Station à la mode, envahie de boutiques de souvenirs et de restaurants, elle accueille de magnifiques bateaux de croisière qui sont amarrés au port.

Bonifacio, le port

Bonifacio

la ville haute à laquelle on accède par la montée Rastello : vieille rampe pavée coupée d’escaliers. Enfermée dans ses remparts la ville haute n’ est qu’un quadrilatère de rues serrées où le soleil a du mal à pénétrer.

La vieille ville est parsemée d’un grand nombre d’églises et de monuments anciens. Ainsi on découvre  les traces de son histoire au fil de ses ruelles étroites et de ses places.

La cité médiévale s’organise autour de l’imposante église Sainte Marie Majeure. C’est l’édifice religieux le plus ancien de la ville, commencé  au XIIè siècle par les Pisans et terminé un siècle plus tard par les Génois, ce qui explique le mélange de style roman et gothique. Une récente restauration lui a redonné tout son éclat.

Oups ! Dans la précipitation de la visite guidée, il semblerait que je  n’ ai pas pris de photo de la façade de cette église. Dommage ! Ou bien, il n’ y avait peut-être pas le recul nécessaire …

Voici toujours la rosace !

bonifacio-eglise-sainte-marie-majeure

Devant l’entrée de l’église se trouve la loggia  (non photographiée)  : une petite place couverte par des arcades à colonnes. Cœur de la cité médiévale à l’époque génoise, c’est là que se réunissaient les notables pour délibérer, rendre la justice ou rédiger des contrats.

Sous la loggia se trouve une ancienne citerne d’eau  de 650 000 litres environ. Elle est reliée aux maisons avoisinantes par des arcs-boutants qui assurent un rôle de soutien et permettent d’acheminer l’eau de pluie. Cette citerne était particulièrement utile en temps de siège.

Bonifacio, arcs-boutants de l'église Sainte Marie Majeure

Le plan de l’Eglise est celui d’une basilique divisée en trois nefs et terminée par trois absides demi-circulaires.

bonifacio-eglise-sainte-marie-majeure-b

Bonifacio, église Sainte Marie Majeure

Chacune des nefs contient un autel en marbre polychrome du XVIIè siècle. Le maître-autel contient les reliques de saint Boniface, patron de la ville.

Par la place du marché et par la rue du Portone, on débouche sur cette place d’où on surplombe la mer. On y voit le Grain de sable” : un grand bloc de calcaire échappé de la falaise, qui fait la “une” d’ un grand nombre de cartes postales. Malheureusement le soleil a joué à cache-cache au moment des photos !

Bonifacio, le "Grain de sable"

Bonifacio, le "Grain de sable"

Il est très agréable de flâner dans les rues étroites et pleines de charme de Bonifacio. Les boutiques sont nombreuses et variées.

Bonifacio, ruelle

N’oublions pas l’irrésistible humour corse !

Bonifacio, humourBonifacio, humour

Une merveilleuse balade en bateau permet d’apprécier le site splendide de Bonifacio vu de la mer. On longe la ville juchée sur ses hautes falaises par le fjord pour naviguer vers les îles Lavezzi.

Bonifacio

Bonifacio

 Hélas, si le ciel était bleu au départ et permettait de jouir à loisir du paysage, la météo s’est rapidement gâtée. De gros nuages gris, le brouillard et le vent ont gâché une grande partie de cette escapade et bien sûr les photos.

Quelques unes cependant :

… des îles Lavezzi par exemple :

Ce sont des îlots et des récifs granitiques situés à 10 km au sud-est de Bonifacio. C’est le point le plus méridional de la France métropolitaine avec une surface émergée de quelques 200 hectares. Les îles Lavezzi forment une réserve naturelle depuis 1982.

Bonifacio, les îles Lavezzi

… ou de la grotte du Dragon

Au creux des hautes falaises de Bonifacio, se cache la Grotte du Dragon, une des plus belles curiosités de Corse. Elle est uniquement accessible par bateau et dessine la forme de la Corse dans la paroi supérieure.

Bonifacio, grotte du Dragon

La petite demi-journée passée à Bonifacio est évidemment  largement  insuffisante pour en apprécier tout le charme. Je rêve d’ y passer plusieurs jours pour pouvoir explorer cette merveille et me laisser séduire par ce site splendide.