Colmar

Petite ville de charme en Alsace

Colmar, petite ville de charme en Alsace

Pour lire cette page en musique, cliquer sur la flèche de la dernière vidéo de l’ article.

Il n’est plus nécessaire de vanter les charmes de COLMAR : ses colombages, ses canaux, son centre-ville fleuri en été, son merveilleux habit de fête avant Noël.

Colmar, quartier des TanneursQuartier des Tanneurs

Colmar, maison à colombagesJ’en souhaiterais une toute pareille ! Avec des cœurs, des étoiles et des bretzels sur les volets !

Condensée d’une Alsace idyllique, la capitale des vins d’Alsace est la gardienne d’un art de vivre que chacun aura plaisir de découvrir !

Colmar
Qu'il est bon de flâner ...
Colmar
... dans ces petites rues pittoresques !

Colmar offre l’intimité d’une ville moyenne alliée à une richesse patrimoniale des plus remarquables. Cité natale du célèbre sculpteur Bartholdi, père de la fameuse Statue de la Liberté Guidant le Peuple, elle a vu également naître Hansi, le plus connu des illustrateurs alsaciens. Néanmoins, le lieu incontournable est bien évidemment la «Petite Venise » ! Quel plaisir de  déambuler à pieds, dans le vaste centre historique de la ville réputé pour ses maisons à colombages du Quai de la Poissonnerie par exemple. Au passage on peut admirer de magnifiques enseignes.

Colmar, enseigne de l'hôtel Saint-Martin

Colmar, enseigne d'une charcuterie

Colmar, enseigne d'une boulangerie-pâtisserie

Colmar, le long de la LauchLe long de la Lauch

Les principales curiosités à découvrir

Le quartier des Tanneurs

Il est constitué de hautes maisons à pans de bois et à colombages qui datent pour la plupart des XVIIe et XVIIIe siècles. Ces immeubles abritaient autrefois des familles de tanneurs qui y habitaient, y travaillaient et y faisaient sécher leurs peaux au dernier étage, le plus souvent ajouré.

Colmar, quartier des TanneursColmar, quartier des Tanneurs

La “Petite Venise”

La « Petite Venise » est le nom donné au cours de la Lauch à Colmar. Ce nom provient sans doute de l’alignement original des maisons de part et d’autre de la rivière qui dessert le sud-est de la ville. Ce quartier commence derrière le Koïfhus, passe par le quai de la Poissonnerie, pour aller jusqu’aux ponts Turenne et Saint-Pierre. Il se trouve donc au début de la Krutenau, dont l’étymologie désigne des lieux de cultures maraîchères aux abords des villes. Habitée à l’origine par une communauté rurale de vignerons, maraîchers et bateliers, la Krutenau s’étend autour de la rue Turenne que le maréchal emprunta en 1674 pour son entrée triomphale dans la ville.

Colmar, Petite Venise

Colmar, Petite VenisePetite VeniseColmar, Petite Venise

Colmar, Petite VenisePetite Venise (Au fond, le lanternon à bulbe de la Collégiale St Martin)

Colmar, la LauchColmar, la Lauch

La Collégiale St-Martin

Construite de 1235 à 1365, la Collégiale Saint-Martin (surnommée Cathédrale Saint-Martin) est une œuvre majeure de l’architecture gothique en Alsace.

Colmar, collégiale St-Martin
Colmar, collégiale St Martin
Collégiale St Martin

La tour sud fut victime d’un incendie qui détruisit en 1572 sa charpente et son couronnement. Elle fut remplacée, trois ans plus tard, par l’original lanternon à bulbe qui donne à l’édifice sa silhouette caractéristique.

Colmar, collégiale St-Martin
Collégiale St-Martin
Colmar, collégiale St-Martin, lanternon à bulbe
Collégiale St-Martin, lanternon à bulbe

L’église a connu quelques campagnes de restauration dont la dernière, achevée en 1982, a permis de trouver les fondations d’une église de l’an mil, ainsi que des traces d’agrandissements successifs aux XIè et XIIè siècles.

Colmar, collégiale St-Martin, tympan du portail sudCollégiale St-Martin, tympan du portail Sud

La partie basse du tympan en plein cintre montre Saint Nicolas entouré à sa droite de trois jeunes filles qu’il a sauvées d’un sombre destin (la prostitution ?), leur père étant ruiné et ne pouvant donc fournir de dot. A sa gauche, trois jeunes hommes, représentant probablement le miracle de la résurrection de trois enfants, perdus en forêt, et hébergés par un boucher qui s’empressa de les tuer et de les mettre au saloir…

L’extrados de ce tympan inférieur est surmonté d’un second tympan en arc brisé représentant le Jugement dernier : le Christ en gloire est entouré d’anges portant les instruments de la passion et sonnant la trompette ; à sa gauche la résurrection des morts et la gueule de l’enfer ; à sa droite, le cortège des élus. Il y a une certaine parenté entre les figures des jeunes filles avec celles des vierges sages et folles de la cathédrale de Strasbourg…

Les voussures de l’archivolte sont décorées de motifs végétaux et sur l’arc extérieur de l’archivolte se succèdent, appuyées sur un visage de femmes et de jeunes-hommes au beau sourire, diverses figures bibliques entourant un Christ en gloire trônant sous le sommet de l’arc. La quatrième figure de gauche serait celle de Maître Humbert, le créateur du portail, tenant l’équerre en main…

Colmar, collégiale St-Martin, statue du créateur du portail sud

La nuit la Collégiale est magnifiquement éclairée.

Colmar, collégiale St Martin
Collégiale St Martin à Colmar

Ancien corps de garde

En sortant de la Collégiale se diriger du côté du portail Sud. En face de ce portail se situe l’ancien corps de garde, magnifique bâtiment de style renaissance rhénane, décoré de colonnes toscanes au niveau de la porte et de colonnes corinthiennes au niveau de la loggia. Des masques sont situés sous ces mêmes colonnes.

Colmar, ancien corps de gardeAncien corps de garde

Colmar, ancien corps de garde, loggialoggia de l’ancien corps de garde

Colmar, ancien corps de garde
Colmar, ancien corps de garde

Maison Adolph

A côté du Corps de Garde, remarquable haute maison à fenêtres en arc brisé, gothique. Il s’agit probablement de la plus ancienne maison de la ville.

Colmar, maison AdolphMaison Adolph (La photo est volontairement coupée en bas, … pour éviter de voir un océan de voitures !)

Koïfhus ou Ancienne Douane

Le Koïfhus ou Ancienne Douane occupe une place stratégique au croisement de la Grand’rue et de la rue des Marchands, deux des principaux axes de circulation à l’intérieur de la ville médiévale.

Colmar, Koïfhus ou Ancienne DouaneKoïfhus ou Ancienne Douane

Colmar, Koïfhus ou Ancienne Douane

Envisagée dès 1433, la construction de l’actuel édifice fut achevée en 1480. Deux bâtiments contigus furent ajoutés au cours du XVIe siècle. Au XIXe siècle l’état du Koïfhus est si préoccupant qu’une démolition est  envisagée. Cependant ce projet fut abandonné et des travaux de restauration eurent lieu de 1895 à 1898. La    tourelle et les tuiles vernissées datent de cette époque.

Colmar, Koïfhus ou Ancienne DouaneColmar, Koïfhus ou Ancienne Douane, détails de la tourelle et du magnifique toit en tuiles vernissées

Plusieurs campagnes de restauration eurent lieu, dont la dernière achevée en 2002, a permis la remise en place de la balustrade en grès de style renaissance qui avait été déposée en 1976.

Colmar, Koïfhus ou Ancienne Douane, balustrade en grèsKoïfhus ou Ancienne Douane : balustrade en grès

Le Koïfhus est le plus ancien bâtiment public local. Il eut dès sa création une double fonction. Le rez-de-chaussée servait d’entrepôt et de lieu de taxation des marchandises importées et exportées. L’étage, quant à lui, abritait les réunions des députés de la Décapole,fédération des dix villes impériales alsaciennes, qui avait été créée en 1534. Le Magistrat s’y réunissait également. La Révolution abolit les privilèges commerciaux et le bâtiment fut consacré à d’autres usages. On y remarque notamment un théâtre vers 1840 et le premier bureau du comptoir d’Escompte en 1848. Le Koïfhus a été occupé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de 1870 à 1930, ainsi que par une école catholique de garçons et une école israélite à partir de la fin du XIXe siècle. Il accueille aujourd’hui ne nombreuses manifestations et activités publiques.

Ancienne Douane à Colmar
Ancienne Douane à Colmar

La Maison des Têtes

Colmar, maison des TêtesMaison des Têtes

Construite en 1609 pour le compte du marchand Anton Burger, la Maison des Têtes est attribuée à l’architecte Albert Schmidt. Bel édifice de la Renaissance allemande, elle doit son nom auxcent-six têtes ou masques grotesques qui ornent une riche façade sur laquelle s’élève un oriel de trois étages.

Colmar, maison des Têtes, orielMaison des Têtes : partie inférieure de l’oriel

Le pignon de l’édifice décoré de volutes et d’ailerons, est surmonté de la statue d’un Tonnelier (1902), œuvre d’Auguste Bartholdi qui répondait à une commande de la Bourse aux vins qui s’était installée dans l’immeuble en 1898. La Maison des Têtes a été l’objet d’une restauration en 2012.

Colmar, maison des Têtes, tonnelierLe tonnelier de la maison des Têtes

La maison Pfister

La maison Pfister  fut construite en 1537 pour le compte du chapelier Ludwig Scherer qui avait fait fortune avec le commerce d’argent dans le Val de Liepvre. Malgré ses caractéristiques médiévales, elle est le premier exemple de la Renaissance architecturale à Colmar.

Colmar, maison Pfistermaison Pfister

Avec son oriel d’angle à deux étages, sa galerie en bois, sa tourelle octogonale et ses peintures murales qui représentent des scènes bibliques et profanes, la maison Pfister est devenue un des symboles du vieux Colmar. Elle doit son nom à la famille qui la restaura et l’occupa de 1841 à 1892.

Colmar, maison PfisterColmar, maison Pfister

 La façade et la toiture de cet édifice ont été restaurées en 2012.

Maison Pfister à Colmar
Maison Pfister à Colmar

Quoi de mieux qu’une petite vidéo présentée par Miss France 2012, pour nous faire découvrir cette ville ?

Pour lire la vidéo documentaire ci-dessous, désactiver au préalable la dernière vidéo de cette page. Pour ce, passer la souris sur l’image de celle-ci et cliquer sur les deux barres verticales dans le coin inférieur gauche.

Ci-dessous, la musique qui illustre cette page : les plus beaux endroits de l’Alsace sur un air d’accordéon

Bonne adresse

Un hôtel proche du centre ville,  d’ excellente qualité

Hôtel Turenne