Batalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entrée

Batalha

Batalha, véritable dentelle de pierre

 

Pour lire cette page en musique, cliquer sur la flèche de la dernière vidéo de l’ article.

En arrivant dans le petit village de Batalha, on est surpris par les dimensions du monastère Notre-Dame de la Victoire. C’est un monument historique très important car il fut érigé pour commémorer la victoire militaire du 14 août 1385 contre les troupes castillanes lors de la Bataille d’Aljubarrota. Cette bataille fut décisive pour consolider l’indépendance du royaume portugais, mise en danger par les Castillans.

Batalha, façade principaleFaçade principale du monastère

Batalha, vue généraleFaçade arrière avec les piliers des “chapelles inachevées”

Toute l’ histoire commença le 22 octobre 1383, à la mort du roi Ferdinand 1er du Portugal. Il n’avait pas d’héritier mâle. Sa fille Béatrice était trop jeune.  La régence fut assurée par la veuve de Ferdinand 1er, Eléonore de Menezez, au nom de sa fille Béatrice, mais cette transition ne fut pas pacifique.

Répondant au désir de la majorité des Portugais de conserver l’indépendance du Royaume du Portugal face à la Couronne de Castille, Jean, le frère bâtard de Ferdinand 1er réclama le trône avec l’aide et le soutien de l’Angleterre. C’est alors que commencèrent une série de luttes intestines et de guerres durant lesquelles  Dom Nuno Alvares Pereira joua un rôle prépondérant. Il gagna plusieurs batailles contre les Castillans, dont celle qui permit de consolider l’indépendance portugaise le 14 août 1385 par la bataille d’Aljubarrota.

Sa statue équestre près du Monastère de Batalha, date de 1968.

Batalha, statue de Nuno Alvarez Pereirastatue équestre de Nuno Alvarez Pereira

Extérieur du Monastère de Batalha

A la veille de la fameuse bataille d’Aljubarrota, Jean 1er, roi du Portugal fit une promesse à la Vierge : celle de construire un monastère en son honneur s’il obtenait la victoire. Cette promesse se matérialisa probablement déjà en 1387 et les travaux se poursuivirent jusqu’ au milieu du XVIè siècle.

La façade principale de l’Eglise, construite entre 1402 et 1438 est d’une grande exubérance décorative. Sur le portail, totalement sculpté, on peut voir les douze apôtres sur les piliers, et Christ et les quatre évangélistes sur le tympan.

Batalha, portail de la façade principale

Batalha, détail du portail de la façade principale

Plus haut, une baie stylisée inclut une magnifique rosace.

Batalha, rosace

Eglise de Batalha

Les dimensions de l’Eglise de Batalha sont surprenantes : 83 mètres de long, 32 mètres de haut. Elle est en croix latine, avec trois nefs.

Batalha, nef centrale de l'église

Toute l’Eglise est joliment illuminée par des vitraux dont certains datant  du XVIè siècle ont subi de profonds travaux de conservation et de restauration.

Batalha, vitrail

Chapelle du Fondateur

Celle-ci fut construite sur les ordres de Jean I, ce qui explique son nom. Les travaux ont duré de 1426 à 1434. La chapelle est carrée et au centre , là où se trouve le double sépulcre de Jean I et de son épouse, se dresse un corps octogonal soutenu par de gros piliers et recouvert par une voûte étoilée.

Batalha, voûte étoilée de la chapelle du Fondateur

Cloître Royal ou de Jean I

Le programme de construction de Jean I s’achevait, avec l’Eglise et la Chapelle du Fondateur, sur ce magnifique cloître.

Batalha, Cloître Royal ou de Jean I

C’est pour cela que ces trois espaces présentent une unité de style aussi bien architecturale que décorative.

Batalha, Cloître Royal ou de Jean IBatalha, Cloître Royal ou de Jean I

Au début du XVIè siècle, cependant, les arcs ogivaux primitifs furent décorés de dentelle de pierre de style manuélin. Rappelons que le style manuélin est le style architectural qui se développa surtout au Portugal sous le règne de Manuel I (1495-1521) et qui coïncide avec l’âge d’or de ce pays.

Batalha, Cmoître Royal ou de Jean I

Cette monarchie devint la plus riche du monde grâce aux richesses obtenues après les découvertes et les conquêtes entreprises par l’infant Henri le Navigateur et poursuivies par d’ autres personnages historiques comme Vasco de Gama.

Batalha, cloître royalBatalha, cloître royal

L’architecture et l’art du pays s’alimentèrent d’influences orientales. Le style dit manuélin se généralisa : il combinait le goût pour les formes orientales auxquelles il mélangeait des éléments gothiques et renaissance. On considère que le style manuélin naquit au Monastère de Batalha et plus précisément dans ce cloître. Il s’étendit ensuite à tout le pays.

Batalha, cloître

Sur le côté Nord se trouve le Lavabo des Dominicains, où les moines venaient se laver les mains.

Batalha, vasque du Cloître Royal

Chapelles inachevées

Suivant la même idée que son père Jean I pour la Chapelle du Fondateur, Duarte ou Edouard du Portugal voulut faire construire pour lui et ses successeurs un panthéon funéraire à Batalha. Dans ce but, il acquit en 1437, un an avant sa mort, une partie des terrains qui se trouvaient juste derrière le chevet de l’Eglise.

Batalha, chapelles imparfaites

Le maître Huguet fut chargé du projet, mais il mourut lui aussi en 1438.

Martin Vasques prit la relève, mais ce sera son successeur le maître Mateus Fernandez qui sera l’architecte le plus admiré de tous ceux qui participèrent à cette construction. On lui doit le très beau portique d’entrée, totalement sculpté,  de style manuélin.

Batalha, chapelles inachevées, portique d'entrée

Mais diverses contingences financières, entre autres à cause des sollicitudes pour d’autres monuments du pays, plus particulièrement pour le Monastère des Hiéronymites de Lisbonne, obligèrent à réduire de façon drastique le rythme des travaux, surtout à partir de 1533.

Batalha, chapelles inachevées, portique d'entrée

Cet espace s’organise autour d’une cour centrale octogonale de laquelle irradient sept chapelles destinées à Edouard du Portugal et à ses descendants. La tombe de ce monarque et de son épouse Eléonore d’Aragon se trouve dans la chapelle opposée au portail manuélin.

Voici quelques détails du portique d’entrée :

Batalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entrée

Batalha, chapelles inachevées, portique d'entrée

Batalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entréeBatalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entréeBatalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entréeBatalha, chapelles inachevées, détail du portique d'entrée

Pour lire la vidéo documentaire ci-dessous, désactiver au préalable la dernière vidéo de cette page. Pour ce, passer la souris sur l’image de celle-ci et cliquer sur les deux barres verticales dans le coin inférieur gauche.

 

Ci-dessous, la musique qui illustre cette page : Yanni, “On sacred ground”