Riga, art nouveau

Riga, art nouveau

Riga

Visite du quartier “Art Nouveau”

Pour lire cette page en musique, lancer la dernière vidéo affichée.

Cet article comporte un grand nombre de photos grand format. Pour les voir de manière plus confortable, afficher le plein écran en cliquant sur la touche F11. Recliquer sur F11 pour sortir du plein écran.

 

Pour qui aime l’art nouveau, Riga est un véritable régal des yeux. Plus de 50 immeubles sont concentrés dans la vieille ville et près de 300 dans le quartier “Art Nouveau”.
La rue “Alberta Iela“, qui porte le nom de l’évêque Albert, fondateur de Riga en 1201, est sans doute la plus représentative. Les bâtiments ont, pour la plupart, été construits au début du XXè siècle, principalement par les architectes Mikhaïl Eisenstein ( père du célèbre cinéaste Sergueï Eisenstein, auteur du célèbre “Cuirassé Potemkine”), Eižens Laube et Konstantīns Pēkšēns. ( Pour que cet article ne soit pas démesurément long, il ne présentera que des réalisations de Mikhaïl Eisenstein .)

D’après l’Unesco, qui a enregistré le centre historique de Riga au patrimoine mondial en 1997, c’est dans cette rue et dans les rues voisines “Elizabetes iela” et “Strelnieku iela” qu’on trouve les exemples les plus remarquables de l’art nouveau dans la capitale lettonne.

Voici donc une découverte qui promet d’être riche en couleurs ! A noter que les numéros des rues sont donnés à titre indicatif et sans garantie aucune !

  • Un immeuble de 1905, conçu par Mikhaïl Eisenstein au n° 4 de ” Strelnieku iela”
Riga, 4 Strelnieku iela
Riga, 4 Strelnieku iela

L’Art Nouveau est  un style expérimental, un mélange d’éléments baroques, orientaux, classiques, influencé par l’art japonais, reflétant d’un côté l’esprit de la Belle Époque et l’influençant en même temps.

Riga, 4 Strelnieku iela
Riga, 4 Strelnieku iela

Il se caractérise par l’absence de toute ligne droite et de tout angle droit. Les lignes s’ entrelacent, les formes s’enflent et se désenflent. La nature sert de modèle : les formes ornementales imitent les fleurs et les feuilles.

Riga, 4 Strelnieku iela
Riga, 4 Strelnieku iela

Les lignes végétales tordues apportent  légèreté et charme. Les fleurs préférées furent les iris, les lys et les orchidées. Mais on trouve aussi des feuilles de palmier,  des papyrus.

Riga, 4 Strelnieku iela
Riga, 4 Strelnieku iela

Beaucoup d’animaux étaient stylisés: des insectes, des oiseaux, des lions, des éléphants, etc. En outre, les artistes appréciaient le corps féminin comme élément décoratif, surtout avec des longs cheveux ondulant en  vagues douces.

L’Art Nouveau dure une trentaine d’années. Sa période commence vers 1885 et se termine autour de 1920.

  • Un immeuble de 1904, conçu par Mikhaïl Eisenstein, à  l’angle des deux rues “Alberta  iela”(n°13) et “Strelnieku iela” (n° 6)
Riga, 13 Alberta iela
Riga, 13 Alberta iela

Cet immeuble est le siège des ambassades de Belgique et d’Irlande.

Riga, 13 Alberta iela
Riga, 13 Alberta iela

 

Riga, 6 Strelnieku iela
Riga, 6 Strelnieku iela

 

Riga, 13 Alberta iela
Riga, 13 Alberta iela

C’est sans doute l’œuvre la plus royale de Mikhaïl Eisenstein dans l’iela albertaine. La forme féminine abonde, tantôt rêveuse, tantôt souriante.  Des balustrades typiques de l’art nouveau décorent la façade.

Riga, 13 Alberta iela
Riga, 13 Alberta iela

 

Riga, 13 Alberta iela
Riga, 13 Alberta iela
  • Toujours conçue par Mikhaïl Eisenstein en 1906, voici une autre originalité, située au 2a de “Alberta iela”.

Riga, 2a Alberta iela
Riga, 2a Alberta iela
Riga, 2a Alberta iela
Riga, 2a Alberta iela

Des visages sereins et des casques de chevalier montent la garde au sommet de la façade. Des masques hurlant et des gobelins horribles ornent les sections inférieures au milieu de lignes épurées et de formes surprenantes semblables à des robots. Les plus remarquables sont les deux phénix-femmes montant la garde à l’avant.

  • Du même concepteur, réalisé en 1903, au n°8 de “Alberta iela”

La façade du bâtiment est rythmiquement divisée par des pilastres ornés de masques expressifs, à tête féminine.

Riga, 8 Alberta iela
Riga, 8 Alberta iela

 

Riga, 8 Alberta iela
Riga, 8 Alberta iela

 

Riga, 8 Alberta iela
Riga, 8 Alberta iela

 

Riga, 8 Alberta iela
Riga, 8 Alberta iela

Les fenêtres sont décorées de masques de monstres censés protéger les occupants de la maison.

Riga, 8 Alberta iela
Riga, 8 Alberta iela
  • Au n° 4 de “Alberta iela”, un immeuble de 1904, conçu encore et toujours par Mikhaïl Eisenstein.

C’est un bâtiment qui sur le plan artistique allie élégance et originalité, ne serait-ce que par la variété harmonieuse des fenêtres. L’attique au-dessus de la corniche est ornée de trois têtes de méduses. Les deux lions symbolisent la sécurité et la protection.

Riga, 4 Alberta iela
Riga, 4 Alberta iela

La tête de femme ailée au centre du bâtiment symbolise également le soleil et la protection.

  • Changement de rue, même concepteur : au n° 33 de la rue Elizabetes iela, une splendeur de 1901

Immeuble de 5 étages, il se distingue par sa façade magnifiquement mise en valeur par les sculptures, les masques décoratifs, les plantes stylisées et les formes géométriques de style Art Nouveau : c’est la première tentative d’utilisation de ces motifs par Mikhaïl Eisenstein.

Riga, 33 Elizabetes iela
Riga, 33 Elizabetes iela

 

Riga, 33 Elizabetes iela
Riga, 33 Elizabetes iela

 

Riga, 33 Elizabetes iela
Riga, 33 Elizabetes iela

 Quelques mots sur Mikhaïl Eisenstein

Né dans une famille de commerçants à Saint-Pétersbourg en 1867,  il fit des études d’architecture à l’Institut des ingénieurs civils, aujourd’hui Université nationale d’architecture de Saint-Pétersbourg, dont il sortit parmi les premiers.

Il s’installa à Riga en 1893 et  en devint rapidement architecte des édifices publics. Il est l’auteur d’une cinquantaine de réalisations à Riga, notamment dans les rues Alberta, Strelnieku et Elizabetes.

Le jeune architecte porta son choix matrimonial sur une jeune fille fort aisée  de Saint-Pétersbourg : Youlia Ivanovna Konietskaïa. En 1896, elle lui donna un fils, Sergueï, mais les liens du ménage commencèrent à s’altérer quelques années plus tard. Le couple se sépara en 1912.

Mikhaïl Eisenstein émigra en Allemagne en 1918 où il mourut en  1920 à  52 ans.

 

Pour finir, voici deux diaporamas trouvés sur YouTube ! De pures merveilles ! Bravo aux réalisateurs !

Illustration musicale de cette page :

Inspiration de Nikos Ignatiadis