olympie

Olympie

Olympie

 

Cet article comportant une panoplie de vidéos, n’est pas animé d’une musique d’accompagnement.

D’autre part il est plutôt long et il serait peut-être judicieux de diviser sa lecture en plusieurs parties.

 

Pour situer Olympie, voici une carte de la Grèce antique au Vè siècle avant J.C.

Olympie est l’un des grands centres religieux de la Grèce antique. Il est situé dans le Péloponnèse (péninsule au Sud de la Grèce continentale), en Elide, sur la rive droite du fleuve Alphée et au pied du mont Cronion.

Carte de la Grèce antique au Vè s.avt. J.C

 

Comment ne pas succomber au charme d’Olympie, à sa douceur de paradis perdu ? En flânant au milieu des ruines parmi les grands arbres et les lauriers roses, on comprend vite pourquoi s’évanouissaient là, le temps des Jeux Olympiques en l’honneur de Zeus, les querelles qui secouaient sans cesse le monde grec.

Voici une première vidéo de présentation de ce site magnifique en son temps !

Pour y voir un peu plus clair, voici un plan du site

Quelques précisions supplémentaires sur l’origine des Jeux Olympiques

Une visite du site a permis de le découvrir son ensemble, … avec en prime un nombre important de visiteurs.
Voici en particulier ce qui reste du fabuleux temple de Zeus, qui abritait la statue de Zeus*  (voir explications concernant la statue à la fin de l’article).

Olympie, ruines du temple de Zeus

Il en reste des tambours de colonnes, alignés comme des rondelles de tomates.

Olympie, ruines du Temple de Zeus

Ce temple, de style dorique* (voir explications à la fin de l’article), a été érigé entre 470 et 456 avant J.-C, à l’issue de la guerre qui opposait Olympie à Élide (aujourd’hui connue sous le nom de Pise). Il mesurait 64,2 m de long sur 24,6 m de large et présentait 6 x 13 colonnes.

Olympie, ruines du temple de Zeus

Il était construit avec le calcaire coquillier local, recouvert de stuc blanc. Seul le toit et quelques décors étaient en marbre.

calcaire coquillier
calcaire coquillier

Et voilà à quoi ressemblait cette merveille après sa construction

Le temple d’Héra ou Héraion

Ce temple est dédié à la femme et sœur de Zeus, déesse de la fécondité et du mariage, gardienne du foyer. C’est l’un des plus anciens temples grecs puisqu’il fut construit en 600 av J.-C.

De style dorique, il présente 6 colonnes en façade et 16 sur les côtés. A l’origine, les colonnes étaient en bois, mais elles furent remplacées par des colonnes en pierre coquillière à différentes époques, ce qui explique qu’elles n’étaient pas toutes du même diamètre et n’avaient ni les mêmes cannelures, ni les mêmes chapiteaux.

Olympie, temple d'Héra

  temple d’Héra ( … sans garantie !)

 

A l’est du temple se situe l’autel d’Héra, où l’on allume encore aujourd’hui la flamme olympique, dans le respect de la cérémonie et des costumes de l’époque.

Le Philippeion

Le Philippeion est un bâtiment rond  édifié à l’initiative de  Philippe II de Macédoine :  roi de Macédoine  qui régna entre -359 et -336 av. J.-C. Il contenait cinq statues chryséléphantines représentant le roi lui-même et des membres de sa famille.

Le Léonidaion

Il s’agissait d’un grand bâtiment construit en 330 av J.-C., divisé en chambres et appartements, agrémenté de jardins et de fontaines, soit un logis de luxe pour les hôtes de marque et les athlètes. Son nom vient de son donateur et architecte Léonidas de Naxos.

Olympie, le Léonidaion

Les autres photos prises sont – hélas – assorties d’un nombre important de visiteurs et ne sont pas exploitables. Une des raisons pour lesquelles cet article présente autant de vidéos !

Le musée archéologique

Il faudrait passer une journée entière à décortiquer le site et à visiter le musée archéologique attenant, pour s’imprégner de toute l’ambiance du lieu.

Les vestiges des frontons du temple de Zeus, exposés dans le musée, sont particulièrement intéressants et émouvants, quoique largement incomplets.

– Le fronton Est représente les préparatifs d’une course de chars. Ce fronton, d’une largeur de 26 m pour une hauteur maximale de 3,15 m, daterait du milieu du Vè siècle avant J.-C.  Aucune des statues n’est complète. 

– Le fronton Ouest représente le combat des Lapithes (peuple de Thessalie) contre les Centaures. Daté de la même période que le fronton Est, il a une largeur de 26 m pour une hauteur de 3,4 m au maximum. Aucune des statues n’est complète ici aussi. Celle représentant Apollon est la mieux conservée.

La vidéo présentée ci-dessous donne un aperçu plus détaillé de toutes les merveilles que l’on peut admirer dans ce musée.

 

Compléments d’explications

  • Style dorique

L’ordre dorique est le plus ancien des ordres d’architecture en Grèce. C’est aussi le plus simple, bien qu’organisé par des règles de rapport entre la hauteur des différents éléments par rapport au diamètre du fût de la colonne. Le Parthénon d’Athènes, le temple de Zeus à Olympie  sont des exemples d’architecture dorique.

La colonne dorique repose directement sur le soubassement. Le rapport entre la hauteur de la colonne et le diamètre du fût oscille entre 4 et 5,75 fois. Les colonnes sont distantes les unes des autres par une fois le diamètre du fût. Le fût de la colonne dorique est creusé de 16 à 24 cannelures larges, peu profondes, avec des arêtes vives. Il a une forme conique tronquée.

Le chapiteau de la colonne est de forme évasée et déborde largement du fût. Il est surmonté d’une dalle carrée ( l’abaque). Le chapiteau a une hauteur équivalent à la moitié du diamètre du fût.

L’entablement est formé d’une architrave très élevée, de hauteur 1 à 3 fois le diamètre du fût et est lisse. Au-dessus se trouve la frise : elle présente des parties rainurées, les triglyphes qui alternent avec des parties lisses ou le plus souvent sculptées : les métopes. La frise a une hauteur correspondante au diamètre du fût de la colonne.

Le fronton, généralement sculpté, est séparé de l’entablement par une corniche.

  • La statue de Zeus

    Le temple de Zeus abritait la statue de Zeus d’Olympie : c’ est la troisième des sept merveilles du monde antique. Pour les Grecs, Zeus était le Dieu du ciel et le roi des Dieux. En 440 avant J.-C., ils lui construisirent la plus belle statue et la plus grande (13 m de haut) jamais réalisée par les hommes. Le lieu était idéal pour réaliser ce projet car depuis 776 avant notre ère, s’y déroulaient les Jeux Olympiques et d’autre part Olympie était consacrée à Zeus.

Cette statue est dite “chryséléphantine”, c’est à dire qu’elle se caractérise par l’utilisation de plaques d’ivoire – pour représenter la chair, le corps humain – et d’or, assemblées sur une armature en bois.

Pour terminer cette longue présentation d’Olympie, voici une vidéo qui distille sur quelques 51 minutes, tous les détails sur l’histoire du site, des recherches de vestiges, de l’organisation des Jeux dans la Grèce antique et de la visite du musée.

édité en septembre 2018