basilique Notre-Dame de Montréal

Basilique Notre-Dame de Montréal

Basilique Notre-Dame de Montréal

 

La basilique Notre-Dame de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie à Montréal  est l’église-mère de cette ville et sa deuxième plus grande église. Elle attire chaque année des centaines de milliers de visiteurs.

Pour lire cette page avec un fond musical, lancer la dernière vidéo de l’article.

 

Montréal, basilique Notre-Dame de Montréal
Basilique Notre-Dame de Montréal

Construite entre 1824 et 1829, puis modifiée à l’intérieur dans les années 1870, l’ église Notre-Dame de Montréal est élevée au rang de basilique en 1982, lors de la visite du Pape Jean-Paul II. L’architecture néogothique de l’édifice, son décor intérieur, ses œuvres d’art suscitent un véritable émerveillement.

Devant l’église, on voit la statue de MAISONNEUVE, fondateur de Montréal.

Construction (1824-1829)

L’architecte de la basilique est James O’DONELL, un Irlandais protestant établi à New-York. Il s’installe à Montréal pour y diriger les travaux, se convertit au catholicisme et meurt en 1830, quelques mois après l’inauguration de l’église.

Réalisée en calcaire gris de Montréal,  la construction de l’église n’ a, en fait, duré que 35 mois, puisqu’en raison du climat, les travaux ne  pouvaient être effectués qu’entre avril et octobre.

Tout l’intérieur de l’ église est en bois. Celui-ci favorise une acoustique exceptionnelle. Les plafonds et le toit sont en cèdre, les bancs et le plancher en chêne. (A noter que celui-ci est caché par un linoléum d’un bleu vif, qui ne semble pas plaire à tout le monde !)

On compte 16 colonnes autour de la nef : chacune correspond à un seul tronc d’arbre de pin jaune, de 14 m de haut. Elles supportent tout le poids du toit, soit 41 tonnes pour chacune d’elles.

La construction des tours, parachevée par Jean OSTELL, a débuté en 1841 pour se terminer en 1843. La tour de l’ouest, nommée Persévérance abrite le gros bourdon, pesant 10 900 Kg. Quant à la tour de l’est, nommée Tempérance, elle abrite un carillon de 10 cloches.

Décoration intérieure (1874-1880)

Benjamin-Victor ROUSSELOT, curé de Notre-Dame entre 1866 et 1882, supervise les travaux d’embellissement de l’intérieur du bâtiment, dont la principale inspiration provient de la Sainte-Chapelle à Paris. Il fait appel à l’architecte le plus actif du diocèse : Victor BOURGEAU pour concevoir le décor actuel. Un projet est déposé dès 1869, mais les travaux ne débutent qu’en 1874 pour se terminer vers 1880.

Basilique Notre-Dame de Montréal
Basilique Notre-Dame de Montréal

On retrouve à Montréal, appliquées sur bois, les dorures et la riche palette de couleurs qui recouvrent la structure de pierre et le mobilier architectural de la Sainte-Chapelle. Les motifs très élaborés sont similaires, voire parfaitement semblables en plusieurs cas. Le plafond azur parsemé d’étoiles en or rappelle la chapelle haute de la Sainte-Chapelle, tandis que les voûtes secondaires de Montréal sont ornées de fleurs de lys dorées comme dans la chapelle basse; des petites croix ornent par ailleurs une partie des voûtes de Montréal. Le riche décor du sanctuaire, en relief et en trompe-l’œil, crée l’impression d’une abside comme celle de la Sainte-Chapelle. L’intention derrière ce spectaculaire décor est évidente : susciter l’émerveillement.

basilique Notre-Dame de Montréal, décoration polychromique
basilique Notre-Dame de Montréal, détails de la décoration polychromique

Le sanctuaire et le retable

Le curé ROUSSELOT et Victor BOURGEAU font appel à un Français Henri BOURICHÉ, pour les sculptures du retable.

La Crucifixion se trouve au centre de celui-ci : le Christ est représenté mort sur la croix, la Vierge et Saint Jean se tiennent debout de chaque côté de la croix et Marie-Madeleine est agenouillée à ses pieds.

Basilique Notre-Dame-de Montréal, choeur et retable
basilique Notre-Dame de Montréal, chœur et retable

Dans la partie supérieure du retable : le couronnement de Marie. Le Christ (Messie) couronné est vainqueur de la mort, d’où sa résurrection. Il couronne sa mère.

Basilique Notre-Dame de Montréal, partie supérieure du retable
basilique Notre-Dame de Montréal, partie supérieur du retable

 

Basilique Notre-Dame de Montréal, retable, couronnement de Marie
basilique Notre-Dame de Montréal, retable, couronnement de Marie

Au-dessus des stalles, à droite et à gauche, se dressent six statues polychromes.

À droite de l’autel, la première, saint Paul avec l’épée : il meurt martyr à Rome, la tête tranchée. Puis, les évangélistes : Matthieu, représenté avec son attribut, l’homme ailé, et Luc, avec le bœuf ailé.

statue des apôtres Paul, Mathieu et Luc
basilique Notre-Dame de Montréal, statues des trois apôtres Paul, Mathieu et Luc

À gauche de l’autel, la première, celle de saint Pierre avec les clés et le coq, rappelant sa trahison le matin de la passion et de la mort de son maître et ami Jésus. Puis, les évangélistes : Jean, tenant un calice, signe de son amour de l’Eucharistie, et l’aigle, signe de la perspicacité de son évangile, de même que Marc avec le lion ailé.

Basilique Notre-Dame de Montréal, statues des apôtres
Basilique Notre-Dame de Montréal, statues des apôtres Pierre, Jean et Marc

La chaire

Dessinée par Henri BOURICHÉ et modifiée par Victor BOURGEAU, la chaire est réalisée entre 1883 et 1885. Les sculptures sont de Louis-Philippe HÉBERT.

Basilique Notre-Dame de Montréal, chaire
Basilique Notre-Dame de Montréal, chaire

Les vitraux

Commandés en 1929 pour le centenaire de l’église, les vitraux du rez-de-chaussée représentent des scènes de l’histoire sociale et religieuse de Montréal. Dessinés par Jean-Baptiste LAGACÉ, ils ont été réalisés en France, à Limoges.

Basilique Notre-Dame de Montréal, vitrail
Basilique Notre-Dame de Montréal, vitrail représentant Maisonneuve (fondateur de Montréal) portant une croix au Mont Royal

L’orgue

Construit par les réputés frères CASAVANT de Saint-Hyacinthe (Québec) en 1891, l’orgue a été modifié à plusieurs reprises. Il comprend maintenant 4 claviers, 99 jeux et environ 7000 tuyaux.

Basilique Notre-Dame de Montréal, orgue
orgue de la Basilique Notre-Dame de Montréal

La chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur

Construite de 1888 à 1891 d’après les plans de PERRAULT et MESNARD, les chapelle a été presque entièrement détruite par un incendie le 7 décembre 1978. Elle a été reconstruite de 1979 à 1982.

A l’avant se dresse un monumental  retable de bronze illustrant la marche de l’humanité vers la Sainte Trinité à travers les chemins difficiles de la vie (représentés par les trois arches). Composé de 32 panneaux coulés en Angleterre, le retable est l’oeuvre du sculpteur montréalais Charles DAUDELIN.

Basilique Notre-Dame de Montréal, chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Coeur
Chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Cœur
Pour en savoir un peu plus, voici un site superbement documenté : forcément, c’ est celui de la basilique ! Les photos réalisées dans des conditions optimales : soleil à l’ extérieur et personne dans l’ église, me font rêver … Cliquer ici

Pour lire la vidéo illustrative ci-dessous, désactiver au préalable la dernière vidéo de cette page. Pour ce, passer la souris sur l’image de celle-ci et cliquer sur les deux barres verticales dans le coin inférieur gauche.

Ci-dessous, l’accompagnement musical pour cette page :

“Adoramus” par le groupe Libera